Fantaisie
ou le bonheur de créer
du 9 septembre au 8 octobre 2017
Sculptures-céramiques de Gaëlle Le Guillou
Manoir des Renaudières
, Carquefou (44)













































































































































Musée de Malicorne - Espace Faïence

exposition 'Mode et patrimoine'

Du 14 octobre au 15 novembre 2009

"C'EST L'HISTOIRE D'UNE SCULPTRICE, D'UNE BRODEUSE ET D'UN MUSÉE ENTREMETTEUR. L'HISTOIRE DE GAËLLE LE GUILLOU, FIGURE MONTANTE DE LA CÉRAMIQUE, DE MICHÈLE RABARD, ANCIEN CHEF D'ATELIER CHEZ LESAGE, ET DU MUSÉE DE LA FAÏENCE DE MALICORNE, DANS LA SARTHE. DE CETTE RENCONTRE IMPROBABLE EST NÉE L'ÉTINCELLE PROPICE AUX COLLABORATIONS LES PLUS FRUCTUEUSES..."
Dominique Brisson - Ateliers d'Art de France.

24 rue Victor Hugo BP 10
72270 Malicorne sur Sarthe
espacefaience@wanadoo.fr - tél : 02 43 48 07 17




 

Galerie Collection

exposition « Architectures de terre »

avec Gaëlle Le Guillou, Danielle Lescot,
Anne-Marie Cazenas et Simone Couderc

du 3 juillet au 19 septembre 2009

Inspirée par la tradition funéraire chinoise, selon laquelle les riches propriétaires faisaient reproduire en miniature leur maison en céramique afin de reposer en paix dans l’autre monde, les 'Architectures' de Gaëlle Le Guillou transportent le spectateur dans un univers baroque...

Galerie "Ateliers d'Art de France"
4 rue de Thorigny - 75003 Paris



 

Article dans le n° 82 - Ateliers d'Arts - Juillet_Aout_2009

Trio gagnant
C'EST L'HISTOIRE D'UNE SCULPTRICE, D'UNE BRODEUSE ET D'UN MUSÉE ENTREMETTEUR. L'HISTOIRE DE GAËLLE LE GUILLOU, FIGURE MONTANTE DE LA CÉRAMIQUE, DE MICHÈLE RABARD, ANCIEN CHEF D'ATELIER CHEZ LESAGE, ET DU MUSÉE DE LA FAÏENCE DE MALICORNE, DANS LA SARTHE. DE CETTE RENCONTRE IMPROBABLE EST NÉE L'ÉTINCELLE PROPICE AUX COLLABORATIONS LES PLUS FRUCTUEUSES...

   

Céramiste depuis 2003, aujourd'hui installée à Nantes, sa ville d'enfance, Gaëlle le Guillou, formée au studio de stylisme Berçot, parle de « feu d'artifice » lorsqu'elle relate son aventure. Un beau matin, alors qu'elle prépare son exposition « Mode et patrimoine », qui se tiendra du 4 octobre au 15 novembre 2009, le Musée de Malicorne a l'idée de mettre en relation deux artistes dont les chemins n'étaient pas précisément voués à se croiser.
C'est le coup de foudre : Gaëlle le Guillou est frappée par le talent de Michèle Rabard qui a ornementé les créations des plus grands couturiers. De son côté, la brodeuse est conquise par l'originalité des chaussures de la céramiste. Deux mondes étanches, deux esthétiques, deux techniques...

Mais aussitôt, les passerelles sont jetées. Gaëlle trouve dans le projet un regain de motivation et noircit ses papiers de dessins préparatoires. Elle choisit le thème animalier : cinq chaussures hébergent un paon, un écureuil, un koala qui escalade un talon, le trophée d'un cerf ou la tête d'une souris...
Selon sa technique habituelle, Gaëlle a peint ses motifs colorés et les a revêtus d'un émaillage transparent qui fait chatoyer l'ensemble. Mais cette fois-ci, la céramiste a prolongé son travail d'une étape. Elle a apposé des motifs de papier sur les endroits où seront appliquées les broderies : la longue queue du paon, des feuillages, le bois du cerf, etc.

Début juin, elle part rencontrer Michèle Rabard dans son atelier près du Mans, ses cinq chaussures sous le bras. Aussitôt, la brodeuse fouille dans ses tiroirs bourrés d'objets hétéroclites, pose un morceau d'organza sur son métier et improvise...

Comment se placer par rapport à l'univers multicolore et fantaisiste de la céramiste ?
Peut-être en jouant la transparence, le contraste de la sobriété ; en inversant en quelque sorte les rôles : mettre la sophistication du côté de la terre et l'épure du côté du tissu et des perles...

Gaëlle le Guillou pressent que pour elle, cette collaboration inédite pourrait bien être la fin d'une époque et le début d'une autre... Aujourd'hui, cette artiste qui crée des petits personnages, des éléments d'architecture et ces (trop ?) fameuses chaussures - occultant parfois la palette de ses talents - réétalonne ses envies.

2009 a pourtant été gratifiante, marquée par l'exposition de ses escarpins dans la boutique Talents à Paris en janvier, une vitrine consacrée au Musée des Arts décoratifs de Paris et la présence de ses objets au Sofa de New York en avril dernier.

Mais elle souhaite maintenant mieux « sentir la terre », explorer le travail des émaux et s'attaquer à de plus grands formats. Mutation dont elle parle avec gourmandise même si les défis techniques (notamment la grosseur du four) sont nombreux.
Mutation qui va aussi matérialiser le « grand saut » : faire de la sculpture un (vrai) métier...






 

SOFA NEW YORK
The International Expositions of Objects and Functional Art

April 16 - 19, 2009 - Park Avenue Armory

Collection ateliers d'Art de France
4 rue de Thorigny - Paris, 75003 - France





 


107RIVOLI, l'espace boutique

107, rue de Rivoli
75001 Paris

Gaëlle Le Guillou présente ses céramiques
à l'espace-boutique à partir du 16 février 2009

Ouverture : tous les jours de 10h à 19h



 

Janvier 2009

Mes escarpins sont exposés à la boutique Talents.

talents - création contemporaine
1bis, rue Scribe | 75009 Paris | métro Opéra
Ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h





Gaëlle le Guillou présente ses architectures en céramique
au côté d'oeuvres peintes de Geneviève Roubaud

Vendredi 5 décembre 2008
Samedi 6 et dimanche 7 décembre 2008

Atelier-Galerie : 6, rue Didienne - 44000 NANTES - Tél. 02 51 82 23 73



 

ISIS EXPO - Viaduc des Arts
57 avenue Daumesnil 75012 Paris

10 ANS DE CERAMIQUE - "Au fil des expositions"

Exposition du 30 septembre au 12 octobre 2008



 

Edition "Collection - Ateliers d'Arts de France"
Parution 2008


Le royaume esthétique initial de Gaëlle Le Guillou est le tissu d'ameublement, les accessoires et les imprimés. Formée au studio de stylisme Berçot, cette jeune artiste, née en 1972 a travaillé quelques années pour la mode et la décoration avant de revenir à ses premières amours, la céramique modelée, dans laquelle elle ne dépend de personne et qu'elle traite avec la liberté du dessin d'illustration. Elle s'est fait connaître avec des chaussures de faïence a talon en trompe-l'oeil où elle a donné libre cours a sa fantaisie mieux qu'on ne peut le faire avec de vrais souliers, mais crée toutes sortes d'autres objets liés en particulier à l'art funéraire. Car elle a un vrai grand projet : rendre la mort moins dure en la tournant en dérision. Ses objets sont des fabulettes tendres et surréalistes, pleines de vitalité et de bonheur de vivre.

The aesthetic kingdom of Gaëlle Le Guillou is one of soft furnishings, accessories and printed fabrics. Trained at the Berçot dress design studio, this young artist, born in 1972, worked for several years in fashion and décoration before returning to her first love, modelled ceramics, in which she depends on nobody else and can use illustrative drawings with total freedom. She came to prominence with earthenware shoes with trompe-l'œil heels, giving free rein to her imagination in a way that is impossible with real shoes, but she creates all sorts of other objects, particularly linked to funerary art. For she has one main aim: to make death easier by ridiculing it. Her works are delicate, surrealist fabulettes, full of vitality and the joy of life.

 


Collection, la galerie d'Ateliers d'Art de France - 164 pages - Éditeur : Lucie Editions (réf : 82556 - année d'édition : 2008)

     


 

GAELLE LE GUILLOU Faïence
VALERIE LEBRUN Porcelaines
HERVEY Peintures et collages

DANIELLE COHEN vous convie à cette exposition
DU 19 AU 29 JUIN 2008
21 RUE SAINT-SABIN PARIS 11 - (metro Bastille)

Galerie ouverte tous les jours de 11h à 19h - Le samedi jusqu'à 21h






 

« MASTERWORK, Objets de créateurs européens »
Exposition collective organisée
par les Ateliers d'Art de France
et le World Crafts Council Europe.

Viaduc des Arts 55-57 avenue Daumesnil 75012 Paris
Du 6 au 29 mars 2008 – Vernissage le 6 mars.

Présentation de Masterwork à Drouot-Richelieu
les 22-23-24 avril 2008
Vente aux enchères par Maître Pierre Cornette de Saint Cyr

Drouot-Richelieu - 9 rue Drouot Paris 75009 PARIS







 

Mars 2008
Parution dans "ELLE DECO " Espagne N° 105


GUIA DECO - CREADORA por Ana Rodrigues Frias
Gaelle Le Guillou - MINDOS DE ARCILLA

Esculturas, jarrones, pañuelos, zapatos...
y mil objetos, ricos en détailles y colores, brotan de las prodigiosas manos de esta ceramista.

Cuando ténia ocho arïos, la creadora francesa Gaelle Guillou (Nantes, 1972) quedô fascinada por la suavidad y versatilidad de la tierra que su padre extrafa durante la construcciôn de su casa de campo.

Su espiritu curioso la llevô a aventurarse en estas zanjas que, ante sus ojos de niña, aparecîan como bellos laberintos. Y descubriô que este "polvo mâgico", mezclado con agua y expuesto al sol del verano, era la materia prima idéal para canalizar su fecunda imaginaciôn en la creaciôn de mundos propios y divertidos. Con una cuchara sopera moldeô sin descanso aceras, carreteras y rotondas para sus coches de juguete.
Pasaron los ahos, Gaelle se volcô en el mundo de la moda como dise nadora textil, de joyas y de complementos, pero en 2003 se reencontrô con la cerâmica.

Desde entonces modela un universo personal y ûnico empleando exclusivamente esta materia. Con ella da forma a jarrones, platos, edificios en miniatura, y también zapatos, botas, parïuelos, bufandas y bolsos, todos en una detallista estética barroca, pintados de vibrantes colores. Estos accesorios se convierten en esculturas y guirïos al mundo de la moda, donde no es raro encontrar objetos de culto al margen de su uso.

"La cerâmica es un material noble y precioso, que ofrece multiples posibilidades para crear formas, texturas y colores", nos cuenta Gaelle. Es como la plastilina! -continua-. Trabajar con ella es una manera de seguir en la infancia. Pero necesitas muchîsima paciencia y autocontrol". Hace un mes Gaelle inauguré su propia Galeria-Taller en el corazôn de Nantes.

Allî habitan sus criaturas, que nos hablan de todas sus fuentes de inspiracion: la moda, la naturaleza, el mar, los animales, la artesania africana, la arquitectura y el arte, en especial la pintura de Gaston Chaissac, Vuillard, David Hockney...



 

BIENNALE INTERNATIONALE DE CERAMIQUE
CONTEMPORAINE VALLAURIS


Pour le grand jour fatal, il convient d'être en « grandes pompes ».
Rien de mieux que d'avoir les pieds en terre pour se fondre le plus élégamment avec la nature. Ces escarpins en céramique sont de magnifiques « pompes funèbres ».

Ils ne craignent ni le mauvais temps, ni le temps qui passe.
Elles vous accompagneront  dans l'au-delà,
elles seront comme un bijou de la vie à emporter dans l'éternité.
Vous n'aurez jamais à vous plaindre d'être mal chaussée.

Bien entendu, ces chaussures sont uniques et réalisées à la pointure qui convient . 
Le décor,  la forme et les couleurs, se font à la demande .
Un nom peut également être gravé.

Je conseille les talons aiguilles les plus hauts, ils sont les plus beaux
et il faut  profiter du fait qu'ils ne risqueront pas d'abîmer
votre colonne vertébrale en position horizontale!

Ces escarpins mettront en valeur vos pieds nus
et  ne manqueront pas de surprendre vos descendants
lors de futures et lointaines fouilles archéologiques.

Une petite blague ne leur fera pas de mal !



 

par Valérie Appert
Article paru dans "Femme"
premier mensuel féminin libanais



 

Collection privée

Escarpin compensé GLG & Vase-Ettore Sottsass.




Novembre - Décembre 2007
Article dans "La revue de la Céramique et du verre"  -  N° 157


Gaëlle Le Guillou - A nice surprise these days :
shoes and boots earthenware painted abstract patterns, flowers and plants of Gaëlle Le Guillou.

With their high heels and their joy, but these false shoes real objects full of freshness and humour are inspired by the world of fashion, the first Gaëlle activity, but also from that of the comics and drawing illustrations .

Gaëlle Le Guillou exercises his imagination on bags, jewelry, characters and sculptures and architectural plant. While the shapes of these objects and sculptures are modeled in a white clay and fine,in the background, it also makes parts utilities, plates and dishes it uses as testing ground for his sets, as this young artist 35 years has never dropped its ceramics practice since childhood.
She now works in his studio in Nantes.

In 2006 she received the prize in the Young Artists Workshop of Art and France took in the summer of a personal exhibition at the Museum of Malicorne (Sarthe) of all his creations.




Une jolie surprise de ces Journées :
les escarpins et bottines en faïence peintes de motifs abstraits, floraux et végétaux de Gaëlle Le Guillou.

Avec leurs talons hauts et leur gaieté, ces fausses chaussures mais vrais objets pleins de fraîcheur et d'humour sont inspirés de l'univers de la mode, la première activité de Gaëlle, mais aussi de celui de la BD et du dessin d'illustration.

Gaëlle Le Guillou exerce aussi son imaginaire sur des sacs, des bijoux, des personnages et des sculptures végétales et architecturales.

Tandis que les formes de ces objets et sculptures sont modelées dans une terre blanche et fine, en arrière-plan, elle fabrique aussi des pièces utilitaires, assiettes et plats qui lui servent de terrain d'expérimentation pour ses décors, car cette jeune artiste de 35 ans n'a jamais lâché la céramique qu'elle pratique depuis l'enfance. Elle travaille aujourd'hui dans son atelier nantais.

En 2006 elle recevait le prix du concours Jeunes créateurs d'Ateliers d'art de France et a eu durant l'été une exposition personnelle au musée de Malicorne (Sarthe) de toutes ses créations.








 

EXPOSITION AU SALON ST'ART

DU 23 AU 26 NOVEMBRE 2007
À LA GALERIE COLLECTION

7 place du Wacken - STRASBOURG

 

 

< "Gisante", acquisition faite par la Galerie Collection


plan
 

INAUGURATION DE L'ATELIER-GALERIE

6 RUE DIDIENNE À NANTES

Le samedi 20 octobre 2007 de 11h à 20h







  

 

Ateliers d'Art / Janvier-Février 2007
Article de Valérie Appert

Elle est très gaie, Gaëlle Le Guillou.

Son petit monde de céramique aussi.


Elle habille tout de couleurs insolentes et crée des faunes chimériques qui prennent d'assaut ses vases et ses coupelles.
Quand on les regarde de près, on voit frétiller les poissons de ses décors marins.

Parfois, de petits personnages émergent de leur socle avec leurs tronches en biais et leur humanité de faïence.
Très tôt, Gaëlle a patouillé la terre et construit, au milieu des pissenlits, des routes de campagne pour ses voitures miniatures.

Plus tard, elle s'est inscrite très sérieusement au Studio Berçot pour étudier la mode, puis elle a dessiné les motifs de textiles imprimés pour Kenzo et Jérôme L'Huillier.

« Mais dans la mode, on décline surtout les idées des autres. Quant aux jobs vraiment créatifs, il yen a peu... », regrette Gaëlle à qui l'on commande un jour, pour des défilés, une collection de bijoux « déchirés », gros accessoires éphémères en céramique que les mannequins trimballent avec force cliquetis sur les podiums.

Le décorateur Pascal Maingourd, qu'elle épaule sur des chantiers, la pousse à poursuivre son travail de céramique.

Depuis 2003, Gaëlle communique sa fantaisie à tout ce qu'elle touche : des objets décoratifs et des sculptures aux décors baroques, travaillés avec des engobes puis émaillés d'un vernis sophistiqué.

Ses motifs sont si volontairement exubérants que l'œil s'épuise à en distinguer les détails.
« N'est-ce pas kitsch ? », demandent certains devant sa joyeuse capacité à mélanger les styles. Peut-être, mais ça lui plaît.

Ses univers sont si diversifiés que les galeristes à qui elle présente son travail la prennent pour un agent d'artistes.

« On voudrait me coller une étiquette unique, mais ce n'est pas possible. J'aime ce va-et-vient d'un style à l'autre. D'ailleurs, je ne suis pas dans le coup, ces temps-ci, la tendance est aux pièces brutes ».
Alors, retour à la mode, mais en trompe-l'œil.

Sur « Maison&Objet », elle présentera des pièces inspirées par son travail antérieur sur les textiles, des escarpins de céramique habillés de motifs couture, de faux sacs en terre vernissée aux plis plus vrais que nature, toute une collection d'accessoires de mode en taille réelle, hyperréalistes et décoratifs, dont la présence perturbe tout de suite l'ordre établi des bibelots classiques.

« Ça m'amuse de déranger », précise Gaëlle qui n'hésite pas à rajouter un froufrou coquet à un bougeoir ou à déguiser un vase d'un jupon flamenco.

Et comme si ça ne suffisait pas, elle évoque un projet de créations personnalisées pour remplacer dans les cimetières les tristes accessoires funéraires. En l'écoutant parler, on imagine de petits bonshommes bigarrés assis sur des pierres tombales ; et c'est toujours très gai.

 




Parution dans
Madame Figaro
Sculpture Escarpin
en faiënce fine emaillée


 

Maison et Objet

7 au 11 septembre 2007 - Hall 3 – C59

• La faïencerie d’Art de Malicorne
   présente les créations de Gaëlle Le Guillou.



 

Journées de la céramique - Paris 2007
Une douzaine de céramistes est à l’initiative de ces journées,
désireux de promouvoir l’expression et la diversité de la céramique contemporaine et de la faire découvrir à un large public.

Foire Saint-Germain
Place St. Sulpice 75006 PARIS
Du 5 au 8 juillet 2007


Organisation : Association Paris Potier - Marianne FRISCH


  

 

Exposition au musée de Malicorne, Espace Faïence
Du 6 juin au 29 juillet 2007

Présentation des créations personnelles et de la collection d'objets décoratifs, réalisée spécialement pour la Faïencerie d'Art de Malicorne.

"En 2006, à 34 ans, cette toute jeune céramiste, issue du milieu de la mode, reçoit le prix du concours Jeunes créateurs d'Ateliers d'art de France. C’est près de Nantes, dans son atelier que Gaëlle crée un univers riche en couleurs, plein de gaieté et de féminité.

Ses productions ? Des céramiques contemporaines, décalées, aux multiples couleurs, des sculptures en faïences, des pièces utilitaires et des formes inattendues comme ses collections de faux sacs ou faux escarpins.
Contactée l’an dernier par la Faïencerie d’Art de Malicorne, elle a travaillé à la création d’une nouvelle collection s'inspirant de ses propres créations tout en respectant l’esprit des faïences de Malicorne."

24 rue Victor Hugo BP 10 - 72270 Malicorne sur Sarthe
tél : 02 43 48 07 17


  

 


Art et Décoration" n°433
"PORTRAIT" Article de Thierry Bruneau

Gaëlle Le Guillou

Elle est très gaie, Gaëlle Le Guillou.
Son petit monde de céramique aussi.

Elle habille tout de couleurs insolentes et crée des faunes chimériques qui prennent d'assaut ses vases et ses coupelles.
Quand on les regarde de près, on voit frétiller les poissons de ses décors marins.

Parfois, de petits personnages émergent de leur socle avec leurs tronches en biais et leur humanité de faïence.
Très tôt, Gaëlle a patouillé la terre et construit, au milieu des pissenlits, des routes de campagne pour ses voitures miniatures.

Plus tard, elle s'est inscrite très sérieusement au Studio Berçot pour étudier la mode, puis elle a dessiné les motifs de textiles imprimés pour Kenzo et Jérôme L'Huillier.

« Mais dans la mode, on décline surtout les idées des autres. Quant aux jobs vraiment créatifs, il yen a peu... », regrette Gaëlle à qui l'on commande un jour, pour des défilés, une collection de bijoux « déchirés », gros accessoires éphémères en céramique que les mannequins trimballent avec force cliquetis sur les podiums.

Le décorateur Pascal Maingourd, qu'elle épaule sur des chantiers, la pousse à poursuivre son travail de céramique.

Depuis 2003, Gaëlle communique sa fantaisie à tout ce qu'elle touche : des objets décoratifs et des sculptures aux décors baroques, travaillés avec des engobes puis émaillés d'un vernis sophistiqué.

Ses motifs sont si volontairement exubérants que l'œil s'épuise à en distinguer les détails.
« N'est-ce pas kitsch ? », demandent certains devant sa joyeuse capacité à mélanger les styles. Peut-être, mais ça lui plaît.

Ses univers sont si diversifiés que les galeristes à qui elle présente son travail la prennent pour un agent d'artistes.

« On voudrait me coller une étiquette unique, mais ce n'est pas possible. J'aime ce va-et-vient d'un style à l'autre. D'ailleurs, je ne suis pas dans le coup, ces temps-ci, la tendance est aux pièces brutes ».
Alors, retour à la mode, mais en trompe-l'œil.

Sur « Maison&Objet », elle présentera des pièces inspirées par son travail antérieur sur les textiles, des escarpins de céramique habillés de motifs couture, de faux sacs en terre vernissée aux plis plus vrais que nature, toute une collection d'accessoires de mode en taille réelle, hyperréalistes et décoratifs, dont la présence perturbe tout de suite l'ordre établi des bibelots classiques.

« Ça m'amuse de déranger », précise Gaëlle qui n'hésite pas à rajouter un froufrou coquet à un bougeoir ou à déguiser un vase d'un jupon flamenco.

Et comme si ça ne suffisait pas, elle évoque un projet de créations personnalisées pour remplacer dans les cimetières les tristes accessoires funéraires. En l'écoutant parler, on imagine de petits bonshommes bigarrés assis sur des pierres tombales ; et c'est toujours très gai.

 



 



4ROOM :/форум профессионалов № 3 (апрель)
MAISON&OBJET ИЩЕТ ТАЛАНТЫ – 6 молодых французских дизайнеров, выбранных жюри выставки, представляли свою страну, поколение и будущее дизайна.

24.04.07
4room : Forum des professionnels N° 3 - avril 2007
MAISON & OBJET RECHERCHE LES TALENTS
6 jeunes concepteurs français, choisis par les juges de l'exposition,
ils ont représenté leur pays et la future génération du design.


 

 


Maisons et Décors Méditerranée
- Page SHOPPING

Une robe à volants de Gaëlle Le Guillou,
vase en faïence engobée sous couverte,
virevolte dans un « Flamenco » endiablé.
H. 34 cm - 1 000 € pièce unique.



  Salon MAISON & OBJET du 26 au 30 janvier 2007

Espace AAF- Hall 4 - Stand D4
Paris-Nord Villepinte




 

Lauréate du Concours "Jeunes Créateurs 2006" organisé par les Ateliers d'Art de France, jai exposé mes nouvelles pièces en céramique inspirées par la mode féminine au Salon Maison & Objet.

Winner of “Ateliers d'Art de France: young creators competition”,
I am pleased to present my new ceramics.
« Espace » Hall 4-Stand D4 of the Maison & Objet exhibition from january 26 to 30 2007